Test – Watch Dogs 2 : Le retour gagnant des hackers !

 

 
Infos Jeu
 

Console: , ,
 
Editeur: Ubisoft
 
Développeur: Ubisoft
 
Date de Sortie: 15 Novembre 2016
 
Résumé: Il va s'en dire qu'Ubisoft a parfaitement redressé la barre avec ce deuxième volet de la sage WatchDogs tant il est supérieur à au premier. Beaucoup plus fun et moins sombre que le précédent, WatchDogs 2 nous offre un superbe spectacle sur le plan graphique avec le modélisation de San Francisco et de ses alentours. Le personnage central, Marcus, est attachant ainsi que son groupe de hacker, et rende le jeu attractif, drôle, haut en couleur et assez variés. Quelques zones d'ombres n'entachent que très peu le travail fourni par l'éditeur français et le studio québécois.
 
Note de la rédac :
8.0
8/10


Note des membres
1 membre a noté ce jeu.

 

Ce qu'il faut retenir


- Un panel de hack enrichi
- Très bonne BO
- Bonne modélisation de San Francisco
- Beaucoup d'activités variées
- Le level design des missions
- Bonne intégration du multi
- Bien meilleur que le premier

Ce qui ne faut pas retenir


- La conduite qui laisse à désirer
- Quelques clippings et d'aliasings
- Des imperfections au niveau graphique
- IA un peu à la ramasse


2
Posté le18/12/2016 par

 
Article complet
 
 

Nous voilà deux ans après le très mitigé Watch Dogs, le studio Ubisoft a décidé de garder même cap innovant, avec son concept de hacking dans un monde ouvert à la GTA, mais en corrigeant les nombreux défauts présents dans le premier opus. Watch Dogs 2 sera-t-il à la hauteur des espérances des joueurs déçus et qui sont restés sur leur faim en 2014, réponse avec ce test.

Welcome to San Franscico

L’histoire de ce second épisode de la série Watch Dogs, place un tout nouveau protagoniste du nom de Marcus Holloway. Ce nouvel opus laisse complètement l’ancien héros, Aiden Pearce anéanti par la mort de sa nièce à la fin du scénario, pour mettre en avant un hacker de génie qui rejoint DedSec, des pirates hacktiviste qui lutte contre le CtOS 2.0 de la firme Blume à San Francisco.

Ici aussi la fracture est nette entre les deux héros de la saga car elle marque le changement de style du personnage, passant d’une personne moins marquée par les fantômes de son passé, à un protagoniste avec des valeurs et un but communautaire face à la menace qu’est le CtOS. Ce changement de trame scénaristique donne une nouvelle direction à la série et on peut dire que ce changement de ton est une bouffée d’air frais pour les joueurs déçus par le précédent volet.

Le jeu commence par une mise au point de Marcus, considéré comme un cyber-criminel ayant mis ses services lors d’un cambriolage, qui s’introduit dans le serveur de Blume afin de rayer son nom de la liste des personnages dangereuse aux yeux du CTOS 2.0. Autant dire que nous sommes de suite dans le bain, et dès la fin de la mission et l’entrée de Marcus au sein du groupe de DedSec nous sommes plongé dans la magnifique modélisation de San Francisco.

Justement ce groupe nommé DedSec est composé de 5 membres en comptant Marcus, Sitara,  Wrench, le pirate masqué fan de technologie à tous les sens du terme, Josh et Horatio. Ces personnages haut en couleur sont très différents les uns des autres, et chacun à son rôle au sein du groupe. Sitara s’occupe de l’image et la communication de DedSec, Wrench quant à lui est un pirate masqué raide dingue de technologie au point d’avoir un masque robot sur la tronche, Horatio est un informaticien qui bosse pour Google euh non Nuddle et enfin Josh le cadet autiste fonctionnel mais un génie dans l’âme.

Comme je vous le disais plus haut Ubisoft laisse la ville de Chicago, qui a servi de décors au premier Watch Dog, pour reconstituer la baie de San Francisco dans son intégralité mais aussi en y incluant la Silicon Valley et avec quelques grandes entreprises qui y habitent. Le jeu est tout simplement magnifique de part sa qualité graphique, que par les détails, ou encore par le retranscription virtuelle de San Francisco. Les échos que j’ai pu avoir de part d’autres joueurs à ce niveau là est que la métropole apparaît très fidèle à la réalité et le monde ouvert est quant à lui très vaste.

En mode 2.0

Watch Dogs 2 s’articule en une quête principale qui est décomposée en mission principale et secondaire, et la réussite de celle-ci octroie à DedSec une réputation via des followers auprès des citoyens et ainsi permette de contrer le CTOS et Blume. En clair au fur et à mesure que DedSec obtient des followers, via le téléchargement d’une application au nom du groupe, plus les citoyens laisse DedSec accéder à leurs appareils générant ainsi un réseau de bots informatiques ou botnet afin de mettre à mal Blume.C’est assez complexe à comprendre au premier regard mais une fois plongé dans l’univers on comprend vite de quoi il en résulte.

Lors d’une mission deux choix s’offriront à vous afin de contribuer à sa réussite. D’une part le mode bourrin à la wanegaine bistoufly ou bien y aller plus à la manière d’un Sam Fisher sans se faire repérer. Petite nouveauté par rapport au premier épisode dans les outils mis à disposition de Marcus; tout d’abord dans l’arsenal du hacker avec le nombre objet piratable et les différentes solutions qui s’offre à vous (déclencher la sonnerie d’un téléphone, attirer les gardes, couper la surveillance des caméras et des robots, etc.). Marcus dispose également de deux types de drones, terrestre ou aérien, afin de compléter les différents objectifs sur le plan furtif.

La conclusion d’une mission est présentée par une vidéo mise en ligne par DedSec en y informant les citoyens sur les différentes découvertes et mise en scène de manière somptueuse. Sur le plan esthétique ces vidéos sont tout simplement hallucinantes, avec une phrase de fin du genre « DedSec vous donne l’information, faites en ce que vous voulez » J’adore tout simplement.

Erreur système

Certes Watch Dogs 2 à de très beau atout néanmoins il n’est pas sans faille. D’abord, sur l’aspect visuel l’interface n’est pas sans défaut car les le texte et les icônes affichées son réellement trop petit. Des sérieux ralentissements sont à mettre en lumière ce qui provoqueront d’importantes chutes de son taux de rafraîchissement et se manifestent uniquement à l’extérieur des bâtiments.

Quand à l’IA en général laisse parfois à désirer, surtout celle des citoyens quand vous les bousculer légèrement à pied et qu’il se mette à appeler la police, ou bien lors d’un vole d’une voiture qui se passe sans encombre car le CTOS et la police sont trop lents à réagir. Encore bien plus hilarant cette fois, lorsqu’un ennemie passe à côté de moi sans même me remarquer alors qu’il devrait vider son chargeur sur moi, là je n’ai toujours pas compris à l’heure actuelle.

Autre point négatif à soulever, la conduite. La prise en main des véhicules est plus souple mais les collisions demeurent improbables. Si les voitures subissent des dégâts au fil des chocs avec les éléments du décor, il faudra un accrochage d’une grande violence pour être propulsé de son deux-roues, à croire que la moto est encrée dans le sol. Le freinage est quant à lui inégal, avec des voitures qui répondent au centième de seconde et d’autres beaucoup plus tardivement. L’aspect directionnel est un peu à la ramasse par moment quand il vous faut une petite pichenette pour tourner avec une voiture, sur une autre de même standing il vous faudra limite arracher votre joystick.

Du multi au coeur du solo

Autre point fort de ce WatchDogs est le multijoueur encré au sein même du solo. En effet à la manière d’un The Division il y a très peu de chargement entre le mode solo et multi si bien que vous aurez l’impression que le basculement n’a pas eu lieu. En clair ce mode reste homogène, de telle manière vous pourrez croiser d’autres joueurs en parcourant San Francisco ou bien recevoir des invitations pour lancer une opération multi.

Néanmoins il vous sera possible de déclencher ce mode et ses missions directement via votre téléphone et l’application DedSec. Ces quêtes secondaires permettra d’accroître les followers du groupe pour ainsi mettre à mal le CTOS 2.0. Même si le multi a été fermé quelques temps suite à des problèmes lag, de décalage, et de bugs qui rendait le jeu injouable, un patch a été mis en place rapidement afin de réouvrir dans de meilleurs conditions le multi pour le plus grand bonheur des joueurs.

Mode sans échec

Il va sans dire qu’Ubisoft a parfaitement redressé la barre avec ce deuxième volet de la sage WatchDogs tant il est supérieur à au premier. Beaucoup plus fun et moins sombre que le précédent, WatchDogs 2 nous offre un superbe spectacle sur le plan graphique avec la modélisation de San Francisco et de ses alentours. Le personnage central, Marcus, est attachant ainsi que son groupe de hacker, et rende le jeu attractif, drôle, haut en couleur et assez variés. Quelques zones d’ombres n’entachent que très peu le travail fourni par l’éditeur français et le studio québécois.

Le fait est la sortie de Watch Dogs 2 arrive au bon moment pour Ubisoft, et donne un nouvel élan après les déconvenues d’Assassin’s Creed et de WatchDogs 2. En attendant d’avoir de nouveau DLC qui sont prévus par Ubisoft, une vingtaine d’heures est nécessaire pour finir le scénario principale et de nombreuses autres pour les quêtes secondaires.


Demon

 

Testeur JV (PC/PS3/WiiU/Xbox One)
Critique Cinéma



  1.  
    jpaul70

    hello all, n’étant pas fan du multi sur ce type de jeu, je voudrais savoir si tout (je dis bien tout hein) le contenu est réalisable en solo ?




  2.  

    Salut Jpaul, le scénario principale est effectivement réalisable en solo en revanche pour finir le jeu en entier tu dois passer par le multi car ces missions là ne sont accessible qu’en multi.





Laissez une réponse