Test – Resident Evil 7 : Une immersion parfaite en VR

 

 
Infos Jeu
 

Console: , ,
 
Editeur: Capcom
 
Développeur: Capcom
 
Date de Sortie: 23 Janvier 2017
 
Résumé:

Avec une ambiance empruntée au cinéma, une excellente qualité graphique, une immersion totale grace au Playstation VR, l’aventure Résident Evil 7 est très clairement plus angoissante. C'est vraiment impressionnant de voir que même les spectateurs du joueur sont tout aussi au coeur du jeu et vive réellement le scénario à fond, et sur ce coup là je dis chapeau Capcom car très peu de jeu arrive à produire cet effet là. Les quelques point négatifs n'entâche en rien la réussite de ce jeu et vraiment on peut dire que ce Resident Evil 7 est un grande réussite.

 
Note de la rédac :
9.0
9/10


Note des membres
18 membres ont notés ce jeu.

 

Ce qu'il faut retenir


- Ambiance stressante de très grande qualité
- Qualité graphique en mode normal
- Superbe immersion en VR
- Jouable intégralement en VR
- De bonnes énigmes
- L'univers de la Lousiane

Ce qui ne faut pas retenir


- Durée de jeu assez faible
- Héros peu charismatique
- La fin un peu décevante
- Peu de lien direct avec la série


1
Posté le28/03/2017 par

 
Article complet
 
 

Vous avez demandé la peur

C’est une sorte de come-back que nous propose Capcom en ce début d’année 2017, une certaine façon de nous souhaitez la bonne année comme il se doit avec la sortie fin janvier du tant attendu Resident Evil 7. Un come-back car les précédents jeux sortis sous la bannière Resident Evil, à savoir le 5 et 6 avaient déçu un bon nombre de fan de la série pour diverses raisons et que cette fois ci Capcom a décidé de se faire pardonner et de récompenser ses fans. En effet en choisissant des graphismes dit photo-réalistes le jeu nous offre une flopper de nouveauté mais surtout une compatibilité totale avec le Playstation VR afin de trembler encore plus seul ou à plusieurs avec une immersion énorme. La firme japonaise souhaite dynamiser la série. Vu comme ça c’est réussi !

Welcome to the Louisiane

L’une des grandes nouveautés apportées par Capcom concerne les moyens mis en œuvres pour recréer un univers digne des meilleurs films d’horreurs. Tout d’abord, le lieu n’a pas été choisi par hasard puisque Resident Evil 7 se déroule au cœur même de la Louisiane avec ses marécages à perte de vue et ses différents endroits aussi glauques qu’inhospitalier. Autant vous dire que votre joueur se retrouvera très rapidement seul au monde sans aucune aide aux alentours pour venir l’aider.

L’ensemble que constitue l’univers du jeu tel que la faune, les bâtiments, la flore, et les conditions météorologiques, fait que l’angoisse et le sentiment de malaise s’installe assez rapidement et amène progressivement le joueur à devenir la personne la plus paranoïaque du monde. En gros chaque bruit, chaque pas, chaque son, chaque ombre et chaque chose anodine mettra le joueur en alerte et c’est au moment où on s’y attend le moins que la terreur et la tétanie accompagnent la venue d’ennemis.

Une immersion totale

Pour permettre une immersion de grande qualité Capcom a décidé d’utiliser exclusivement le mode à la première personne et a rendu son jeu très sombre, étrange non. C’est donc Ethan, notre héros très peu charismatique, qui se rend dans la demeure de la famille Baker, où sa petite amie Mia est portée disparu depuis quelques temps déjà. Armé d’une simple lampe de poche au départ, oui oui, vous avez bien entendu la terrible lampe de poche qui pourra éclairer pas grand chose et ne pas éviter que l’angoisse prenne totalement le contrôle de votre corps. Attention aux recoins les plus sombres où une surprise vous y attendra.

Mais afin de rendre le jeu définitivement immersif, nos amis japonais nous ont fait l’honneur de le rendre entière jouable avec le Playstation VR. Alors là je peux vous garantir que la donne change considérablement, car certes sans le mode VR le jeu est d’une qualité graphique exceptionnelle et on peut aisément avancer rapidement dans le jeu sans avoir à cohabiter avec une angoisse pesante, mais avec la réalité virtuelle je peux vous affirmer que ce n’est plus du tout pareil.

Et bien oui, ce n’est absolument plus la même chose de se retrouver en face à face avec une entité inconnue qui vous terrorise en 2D et 3D. Difficile de joueur de la même manière tellement on s’y croirait, on a vraiment la sensation d’être plongé au cœur même du scénario et là réside la grande réussite de Capcom. C’est à dire avoir su produire toute l’ambiance nécessaire pour rendre le jeu très angoissant et de l’avoir associé au VR pour rendre le jeu vraiment pesant.

Autre point fort mis en avant, celui qui concerne les mouvements en mode VR. C’est une assez bonne nouvelle car pour déplacer Ethan il sera possible de le faire exclusivement avec ce que j’appel le mode saccadé, c’est à dire pas de manière continu mais plutôt environ 45° par 45° ce qui limite considérablement les nausées et les maux de têtes que beaucoup de joueur mettent en avant avec le PS VR. Lorsque l’on veut changer de direction, il faut tourner la tête et valider sur la manette ou bien directement avec la touche L1. C’est certes assez lent mais cela limite les effets secondaires causés par le VR.e n’est pas très intuitif et surtout, cela rend les mouvements un peu plus lents.

Aide moi Ethan!

Ce qui surprend dans ce Resident Evil 7,  c’est qu’il ne suit pas exactement les mêmes lignes que ses deux prédécesseurs et tant mieux. Pas de réels zombies ici mais plutôt une entité qui métamorphose la famille Baker, certains diront qu’il peut être dommageable d’avoir rompu avec les monstres traditionnels, mais le style du jeu n’est pas le même et c’est une excellente nouvelle. Avec une ambiance empruntée au cinéma l’aventure est très clairement plus angoissante. C’est vraiment impressionnant de voir que même les spectateurs du joueur sont tout aussi au cœur du jeu et vive réellement le scénario à fond, et sur ce coup là je dis chapeau Capcom car très peu de jeu arrive à produire cet effet là.

On retrouve donc ici un survival horror qui se base sur une gestion minutieuse de son inventaire et de ses munitions. Avec quelques missions secondaires à trouver chez les Baker la durée de vie du jeu pourra ainsi être revue à la hausse et vous permettre de frissonner encore un peu. En revanche, on reste dubitatif sur le choix du personnage principal qu’est Ethan car il est à l’opposé de ceux qu’on avait l’habitude d’incarner, il n’est pas du tout charismatique et vous l’oublirez certainement plus que l’aventure en elle même.


Demon

 

Testeur JV (PC/PS3/WiiU/Xbox One)
Critique Cinéma



  1.  
    nicolas kowalski

    je n’ai pas le Playstation VR donc difficile d’ émettre un avis sur l’immersion provoquée lorsqu’on utilise le casque !

    C’est vrai que le jeu est embué dans une ambiance glauque, assez flippante même si certains screamers sont téléphonés et prévisibles, mais ça fonctionne et c’est bien là le principal.
    La maison des Baker est vraiment un endroit où il ne fait pas bon demander son chemin lorsqu’on est perdu en plein campagne américaine.

    Le terme Survival horror n’est pas usurpé et on retrouve l’ambiance qui a fait le succès du premier opus de la série, ce qui est un point extrêmement positif à mon sens. Toutes les pièces doivent être fouillées pour trouver les éléments nécessaires à notre survie, quelques énigmes, c’est linéaire mais c’est cohérent avec l’histoire.

    Ma déception concerne les Boss avec leurs pattern à l’ancienne, tu trouves le truc et le Boss devient un fantoche que tu blastes en deux temps trois mouvements, bref un peu de random n’aurait rien gâché à la fête.
    Certaines textures sont assez degueu parfois surtout à l’exterieur, ce qui fait un peu tache pour un jeu de 2017.

    Contrairement au test, je trouve que le personnage d’ethan est bien choisi, c’est une personne lambda comme nous qui se retrouve dans une histoire incroyable et Ethan ça peut être moi et ça donne de la profondeur à l’immersion

    je passerai sur la durée de vie, qui est proprement scandaleuse mais volontaire pour nous balancer des DLC en veux tu en voila à 15 balles pièces.

    Un très bon RE qui n’est pas dénué de défaut mais qui garanti chair de poule et dressage de poil à chaque détour de couloir





Laissez une réponse