Test – R.I.P.D. – The Game

 

 
Infos Jeu
 

Console: , ,
 
Editeur: ATLUS
 
Développeur: Old School Games
 
Date de Sortie: 16 Juillet 2013
 
Résumé:

Non content d’être une adaptation miteuse de film, amputé d’un quelconque scénario, RIPD ne séduira pas avec son gameplay bancal, son contenu maigrichon et son coté ultra répétitif. Essayez éventuellement la démo, pour vous faire une idée de la chose, à vos risques et périls !
 
Note de la rédac :
2.0
2/10


Note des membres
Aucune note des membres

 

Ce qu'il faut retenir


- Les bonus activables quand on enchaîne les frags
- Les armes et bonus à acheter, qui permettent éventuellement de s'accrocher...
- Quitter le jeu

Ce qui ne faut pas retenir


- Contenu minimaliste
- Gameplay aux fraises
- Vilain et ennuyeux


7
Posté le27/07/2013 par

 
Article complet
 
 

Introduction relative à la conversion vidéoludique des films, courte, mais explicite. Contrairement à ce titre.

Il est de notoriété publique que les adaptations de films en jeux vidéo se font par des conversions plus ou moins douloureuses. Remarquez, ça marche aussi dans le sens inverse… C’est un peu la loterie : si parfois la surprise est bonne, ou passable (Tron, Star Wars, Riddick…), d’autres laissent un souvenir nettement moins plaisant (insérez un titre de jeu moisi ici, y’a le choix !)

Le tout est de savoir où se situe RIPD, adaptation du film du même nom mettant en scène Ryan Reynolds (Green Lantern) et Jeff Bridges (The Big Lebowski, Iron Man). Nos deux héros, entièrement décédés, mais qui après la mort luttent au sein du Rest In Peace Department contre les morts vivants qui hantent notre belle planèteuh. Ca fleure bon le Men In Black tout ça, et la bande annonce promet quelques scènes sympathiques. Sur ce postulat, on peut donc s’attendre à un jeu d’action, alliant humour et shoot sympa.

Repose en paix qu’y disaient…

RyfpK7kRIPD est donc un shooter à la 3ème personne, plein d’action, plein de monstres, de fusils, d’explosions, et de défauts plutôt inconvenants. La première chose qui frappe : ne cherchez pas de vrai mode solo, ou histoire, il n’y en a pas. Il s’agit uniquement d’enchainer les 5 vagues d’ennemis sur un niveau, avec un boss lors de la dernière vague, puis un duel entre les deux joueurs. Voila pour le concept. Pour les joueurs qui cherchent quelque chose d’un peu consistant, il va donc falloir passer votre chemin, car malgré les 7 cartes disponibles dans le jeu, on tourne vite en rond dans un jeu qui est finalement juste un mode horde.

Et si ce n’était que ça mes pauvres amis… Mais ne nous emballons pas, on a le temps, relax ! Or, donc, bref, commençons une partie : chaque joueur incarne un des personnages du film : Roy (J. Bridges), le vieux cowboy à l’expérience centenaire dans l’extermination de zombies, ou Nick (R. Reynolds), la nouvelle recrue pleine d’énergie. Bon, dans le jeu, ça change rien, la modélisation de chaque protagoniste est potable, bien que dans l’action, on puisse prendre Nick pour un des zombies, vu son accoutrement « banal » qui le fond dans la masse. On arrive ensuite à l’écran de personnalisation, qui permet aux plus courageux d’acheter des armes et des bonus (gilet pare-balle, chargeur plus conséquent…) avec l’argent accumulé au cours de vos nombreuses parties. L’hôte choisit ensuite la carte, le mode de difficulté, et c’est parti pour la boucherie !

Et là, c’est le drame.

s1Première partie (avec l’ami Maiden) : on arrive en jeu avant que les textures aient fini de charger, l’action commence, aucun tutorial, aucun indice, qui, quoi, comment, diantre ! Les habitués du genre retrouveront leurs marques : gâchettes pour viser et tirer, roulades, planques, recharge, tout est là ! Avec l’ajout en haut de l’écran de bonus. Plus vous tuez de zombies, plus vous pourrez avoir accès à des items pratiques : un totem qui recharge votre vie, une tourelle automatique, des chaines qui entravent un adversaire… Voila qui est sympathique. Ce qui l’est moins, c’est le gameplay, car si l’on retrouve les fonctions habituelles du TPS, la latence entre le moment où l’on appuie sur la gâchette de tir, et ou l’arme s’active effectivement est calamiteuse, de l’ordre d’une demi seconde. Et la visée assistée, autant la désactiver, car elle s’active aussi en retard et de fait, on vise souvent au jugé, sans réticule, en mode aveugle alcoolique un soir de pleine lune.

s7Pour le côté technique, c’est pas très joli, les animations sont douteuses et les maps proposées sont d’un classique limite ennuyeux : que ce soit dans leur environnement (oh, un entrepôt, une maison, un labo ! original !), leur petite taille, ou leur design. Du coup passée la surprise d’une première partie, on s’ennuie plutôt ferme, et il est difficile de trouver du réconfort dans le peu de bonnes choses que le titre offre quand on voit les lacunes assez énormes dont il est paré.

En conclusion, non content d’être une adaptation miteuse de film, amputé d’un quelconque scénario, RIPD ne séduira pas avec son gameplay bancal, son contenu maigrichon et son coté ultra répétitif. Essayez éventuellement la démo, pour vous faire une idée de la chose, à vos risques et périls !


DBKamper

 

Testeur JV (PC/360)
Spécialiste rétro



  1.  

    Faut que je test une démo du jeu mais le jeu est déjà beaucoup critiqué je l’avoue ^^




  2.  
    Antho81130

    Ce qui lui fait la note de 1.75 sinon on enleve la b;o surement l un des pire jeux multi plateforme connu a se jour




  3.  

    tu m’excusera mais je me suis ennuyé pendant la vidéo pas de ta faute loin sans faut c’est surtout dans la répétition des vagues, j’ai du mal à trouver un intérêt à ce genre si il n’y as que ça (pas d’histoire de mult etc…) déjà que j’avais du mal à faire des dynasty warrior (vais me faire lyncher) là je passe mon chemin




  4.  

    on attend une prochaine vidéo alors ^^




  5.  

    Parfois, je suis pris d’une envie subite d’essayer une bouse, d’une part parce que je suis maso, et d’autre part parce qu’une fois ce mauvais moment passé, tu peux presque prendre plaisir à te taper un jeu très moyen dans la foulée… Comme quoi, comme dirait Capcom, tout est affaire de réajustement mental. ^^




    •  
      Maiden

      C’est vrai, après tout dépend quel jeu et la motivation que tu y mets 😀 Personnellement sur ce jeu – aucun motivation- par contre j’aime beaucoup découvrir de nouveau jeu, même si on s’attends toujours a des mauvais jeu, mais rien que découvrir c’est un plaisir ^^





Laissez une réponse