Test – Dragon Ball Xenoverse

 

 
Infos Jeu
 

Console: , , , ,
 
Editeur: Bandai Namco
 
Développeur: Dimps
 
Date de Sortie: 05/02/2015
 
Résumé:

Le constat final est assez dichotomique, car on se retrouve avec un jeu au gameplay déjà vu et pas très technique, mais qui a un gout de reviens-y assez sympathique. L’univers dans sa globalité, la personnalisation et l’évolution de son avatar, et les kilos d’activités à faire sont autant d’éléments qui donnent envie d’y retourner malgré tout. Un constat en demi-teinte, mais certainement un des jeux de la licence les plus réussis depuis déjà quelques années.

 
Note de la rédac :
5.0
5/10


Note des membres
5 membres ont notés ce jeu.

 

Ce qu'il faut retenir


- Une durée de vie honorable
- Beaucoup de modes de jeux solo et en ligne
- Le roster de base sympa

Ce qui ne faut pas retenir


- Compléter le roster par des DLCs en passant par la case portefeuille
- Les musiques originales, un jour peut-être… ou pas.
- Le gameplay routinier qui peut lasser plus ou moins vite.


1
Posté le12/07/2015 par

 
Article complet
 
 

dbzxenoverse

La saga Dragon Ball revient sur le devant de la scène : nouvelle série télé, nouveau film, nouveaux jeux et produits dérivés ! La série à succès d’Akira Toriyama a une portée toujours aussi large malgré son grand âge. Chacun perçoit cela comme il l’entend, que ce soit comme un retour aux sources empreint de nostalgie ou une recette trop usitée, des générations de fans ont autant d’avis différents sur l’évolution de cette série mythique.

Dernier jeu en date, Dragon Ball Xenoverse joue la carte du « what if », avec un scénario qui reprend les éléments principaux de la saga DBZ, mais dont la trame a été modifiée par des malfaisants aux desseins forcément sombres. Pourquoi pas ? l’originalité peut avoir du bon et ce ne sera pas la seule nouveauté de ce titre. En effet, il faudra au début du jeu créer un avatar de toutes pièces, à choisir parmi différentes races : Humain, Saiyan, Namek, Majin ou la race de Freezer, le choix se porte sur les plus représentatifs de la série. Il faudra choisir ensuite le sexe de votre avatar avant de vous lancer dans l’aventure.

Retour vers le futur alternatif

1424779688-2149-capture-d-ecranAprès avoir introduit les faits principaux aux côtés de Trunks, nous voici dans la cité de Tokitoki, sorte de grande ville qui fait office de hub, divisée en plusieurs parties. La première, dans laquelle on arrive après chaque connexion, abrite les comptoirs où les PNJ nous permettent de jouer aux scénarios alternatifs, ou de participer à des combats en ligne avec des équipes de 1 à 3 joueurs. On peut choisir de jouer à chacun de ces modes en solo ou en multi et on peut également former des groupes dans cette zone, afin de retrouver plus facilement des joueurs qui correspondent à notre style de jeu.

La seconde zone est une allée marchande, ou vous pourrez dépenser vos Zenys obtenus à la sueur de vos pouces pour acheter des tenues (qui permettent de faire varier vos stats), des techniques ou des consommables qui permettent de vous sauver la mise en cours de combat. Et enfin la dernière zone regroupe les tournois, l’autel d’invocation de Shenron pour débloquer pas mal de choses en jeu ainsi que le portail pour continuer le mode histoire du jeu.

1418312186-1367-noelshack-capture-d-ecranOn s’y perd un peu au départ mais le placement des zones répond à une certaine logique, et on se retrouve à y naviguer avec aisance après quelques visites. Cette plateforme de visite virtuelle se prête tout à fait au jeu, et fait un peu résonance avec les hubs de Phantasy Star Online par exemple, dans lequel on peut passer du temps pour discuter, trouver des joueurs à défier ou aider, ou simplement faire son petit marché ou avancer dans son coin. On trouve également des mentors dans chacune des zones, auprès de qui on peut apprendre les meilleures techniques moyennant des combats plus ou moins ardus. Ceux-ci sont parmi les personnages les plus appréciés de la série (bémol peut-être pour les membres du commando Ginyu, mais ça reste tout à fait subjectif)

Personnalise ton personnage personnel

Mais Dragon Ball Xenoverse inclut aussi une dimension RPG assez intéressante, en effet, chaque combat vous apporte de l’expérience et vous fait progresser de niveau au gré de vos aventures. Votre personnage possède des statistiques propres, que vous choisirez de faire grimper selon votre style de jeu, en attribuant des points d’attaque, de défense, de ki, et tous les éléments qui feront de votre guerrier(e) un avatar propre à votre style de jeu.

dragon-ball-xenoverse-playstation-3-ps3-1403550119-014Si cette partie est originale, les combats sont dans la veine des Tenkaichi, vus de dos et sur un plan plutôt aérien. Les habitués retrouveront vite leurs marques, tandis que les néophytes s’y feront assez vite grâce à un tuto complet. Pour autant, le système de jeu connaît les mêmes lacunes que ses prédécesseurs, qui même avec des animations variées et des effets de lumière dynamiques, tourne vite en rond en termes de technique. Car si les possibilités paraissent variées (corps à corps, tirs d’énergie, projections, parades, téléportations…) on se retrouve vite à vouloir balancer son adversaire au plus loin, charger son énergie et lui balancer ses plus grosses attaques au moindre faux mouvement. Pour la finesse, on repassera. Si cela n’est pas bien contraignant contre l’IA, on se retrouve plus souvent à tourner en rond contre un adversaire humain, pour peu qu’il n’ait pas envie de faire dans la dentelle.

A ce propos, ici on ne charge plus l’énergie comme précédemment avec une combinaison de touches, sauf en achetant une technique prévue à cet effet. Il faut se prendre des coups, ou attendre que votre KI remonte pour pouvoir utiliser vos attaques. Cela a un impact assez lourd sur la dimension dynamique des combats des jeux qu’on a pu voir précédemment (du moins les bons, CQFD) Les habitués seront donc un peu désorientés.

1424779690-3950-capture-d-ecranCe manque de technique est d’autant plus déplorable étant donné le contenu du jeu. La durée de vie du mode histoire est déjà assez respectable, avec une dizaine d’heures au compteur, avec au moins la même chose pour les histoires secondaires (qui permettent de débloquer aussi pas mal de choses si on atteint la note maximale, et si on respecte certaines conditions de victoire) Sans compter bien sur les instants shopping, les discussions éventuelles avec les joueurs, les tournois, les combats d’exhibition… On se retrouve donc avec un jeu de baston doté d’une durée de vie tout à fait honorable. La direction générale est assez propre visuellement, le décor ne jure pas trop avec les personnages, et malgré les flash et les explosions de partout, le jeu reste lisible. Bien que par endroits la caméra ne soit une vraie plaie, à croire que c’est une récurrence dans la licence depuis maintenant une dizaine d’années… Comme les musiques originales que l’on attend maintenant plus. Et enfin autre bémol sur les DLCs, qui bien que sympathiques, auraient pu être intégrés au jeu directement… ou sur une future édition complète ? Car même si le roster est assez sympa, on note quelques absences, notamment par rapport aux personnages des OAVs plus anciennes.

Le constat final est assez dichotomique, car on se retrouve avec un jeu au gameplay déjà vu et pas très technique, mais qui a un goût de reviens-y assez sympathique. L’univers dans sa globalité, la personnalisation et l’évolution de son avatar, et les kilos d’activités à faire sont autant d’éléments qui donnent envie d’y retourner malgré tout. Un constat en demi-teinte, mais certainement un des jeux de la licence les plus réussis depuis déjà quelques années.

DBKamper

 

Testeur JV (PC/360)
Spécialiste rétro



  1.  

    Franchement dragon ball xenoverse reste un bon jeu qu’on retrouve depuis la saga des budokai





Laissez une réponse