Test – Bioshock Infinite

 

 
Infos Jeu
 

Console: , ,
 
Editeur: 2K Games
 
Développeur: Irrational Games
 
Date de Sortie: 26 mars 2013
 
Résumé:

Pour conclure, Bioshock Infinite est une totale réussite. On pourra lui reprocher un gameplay pas si évolué que ça par rapport au premier, des maps qui aurait méritées d’être légèrement plus grandes, ou encore des armes un peu plus originales, mais bon, là je chipote. L’ambiance globale du jeu, la recherche poussée des personnages, du contexte, du scénario, tout y est. Ken Levine a réussis à créer un jeu unique, prenant, fascinant, certainement l’un des jeux qui marqueront l’année 2013.
 
Note de la rédac :
8.5
8.5/10


Note des membres
Aucune note des membres

 

Ce qu'il faut retenir


- Graphismes excellent bien au delà de nos espérance
- Durée de vie qui se situe aux environs de 15h sans le multi
- Game-Play et un IA bien développés
- Une ambiance fort sympathique qui nous plonge dans les années 20
- Un bon scénario réalisé par le créateur de la série ...

Ce qui ne faut pas retenir


- ... mais qui suscite quelques incompréhensions à la fin
- Maps un peu courte par moment


Posté le08/07/2013 par

 
Article complet
 
 

La suite de Rapture?

jaquette-bioshock-infinite-playstation-3-ps3-cover-avant-p-1364207330Petit pique de rappel pour vous dire que le premier du nom, vous faisait visiter la ville sous-marine de Rapture. Cité utopiste créée dans les années 40, par un milliardaire mégalomane, Andrew Ryan. Mais le rêve tourne vite au cauchemar. Après avoir découvert l’Adam, une substance trouvée dans les fonds marins, qui a le pouvoir de changer l’être humain et de lui conférer des pouvoirs divers et variés, une guerre civile va éclater dans Rapture pour contrôler cette nouvelle ressource. Guerre qui causera la perte de la cité et du peuple. Suite à cela, un scientifique créa les petites sœurs, ces enfants à l’allure morbide, chargées de récolter les restes d’Adam dans les cadavres de la civilisation déchue. Voilà pour cette petite piqûre de rappel, pour résumer et introduire Infinite.

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-087Le jeu lui, s’éloigne totalement des fonds marins de Rapture pour prendre place dans la nouvelle ville de Columbia. Nouveaux personnages, nouveaux lieux, nouveaux méchants. Peut-on dans ce cas parler de suite à proprement parlé? Et bien oui, car même s’il s’éloigne du premier opus au niveau du scénario, l’idée de base et la volonté du créateur de la série Bioshock sont toujours présentes et plus fortes qu’auparavant. Nous retrouvons une cité utopique, de nouvelles formes de pouvoirs ou toniques, des ennemies survoltés, des enregistrements sonores pour approfondir le scénario, etc.

Bienvenue à Colombia

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-091L’histoire prend place en pleine mer, dans les années 1920, dans une barque, dirigée par un couple en cirés jaunes. Il fait nuit, une pluie battante vient vous frapper le visage. Vous, c’est Booker DeWitt, un détective sans grandes motivations, n’ayant pas toujours fait des choses justes dans sa vie, légèrement torturé, et couvert de dettes au possible. C’est d’ailleurs suite à tout l’argent que vous devez que vous vous retrouvez forcé d’accepter la mission suivante : Retrouver une jeune femme du nom d’Elizabeth et la ramener à New York. Mais la belle est retenue à Columbia, cité flottant dans le ciel Américain.

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-093Mes premiers pas dans Columbia m’ont littéralement coupé le souffle. Cela faisait très longtemps dans un jeu vidéo que je n’avais pas été bluffé à ce point en arrivant dans un nouvel endroit. Un soleil magnifique vient détourer la silhouette des toits de la ville, des enfants jouent dans les rues, des couples assis sur des bancs ou prenant un pique-nique dans l’herbe, des drapeaux américains sont étendus partout, comme s’il s’agissait d’un jour d’élection. Un système de rails relie les quartiers entre eux, au loin, d’autres morceaux de la ville flottent dans les airs, portés par des hélices, des ballons et toutes sortes de rouages. Des parades, des chants… bref, une claque visuelle comme on en voit rarement dans le jeu vidéo, on prends réellement plaisir à arpenter les rues de Colombia.

Graphiquement, le jeu est donc une réussite totale, tournant sur une version améliorée de l’Unreal Engine 3.0, il vous faudra d’ailleurs un bon PC pour le faire tourner pour ceux qui désire jouer sur ordinateur (personnellement j’ai joué sur PS3).

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-106Après ce premier contact avec la ville, on se rend vite compte que quelque chose cloche. La religion est très présente, à travers le culte que voue la population à un certain Prophète ou Mr Comstock, le racisme renforcé suite à la guerre de sécession a aussi laissé des traces dans la cité flottante. On se retrouve très vite confronté aux forces de l’ordre, et bien sûr, notre héros ne va pas se laisser faire. C’est ici que l’action commence. On retrouve dans Bioshock Infinite des armes proches du premier opus, un revolver, un fusil à pompe, une mitraillette. Armes que l’on pourra customiser par la suite à l’aide de distributeurs présents dans le jeu. Il faut d’ailleurs noter que l’on ne peut porter que deux armes à la fois, et que contrairement à Bioshock, une armure fait ici son apparition, armure qui se rechargera toute seule et pourra être upgradée. En plus des flingues conventionnels, une autre nouveauté fait son apparition, un crochet fixé à votre bras, qui vous aidera à jouer des poings avec vos ennemies, mais ce joujou vous servira surtout à voyager rapidement dans Columbia. C’est grâce à celui-ci que vous allez pouvoir utiliser le système de rails reliant les quartiers entre eux, système relativement simple et très intuitif à utiliser.

Un bon Game-play

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-117Que serait  Bioshock sans ces fameux pouvoirs. En effet, le jeux ce n’est pas que des armes, c’est aussi des pouvoirs. Finies les piqûres d’Adam, c’est au tour des toniques de faire leur apparition. Ces boissons vous permettront de contrôler vos ennemies, de les projeter dans les airs, de les électrocuter ou de vous la jouer Hitchcock avec une attaque de corbeaux. Je vous laisse le soin de découvrir les autres pas vous-même. Les combinaisons entre les différents pouvoirs et les armes mis à votre disposition permettent des combos très intéressants pour se débarrasser de la horde de policier, de rebelles, d’automates armés, ou encore du Handyman, la version Infinite du Big Daddy. L’IA justement est assez bien dosée, vous contourne, se met à couvert, ce n’est pas une grande révolution en matière d’intelligence, c’est sûr, mais ça fonctionne.

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-111Et en parlant d’IA justement il est temps pour moi de vous présenter d’Elizabeth. Second personnage principale, intéressante, fascinante, belle, recherchée, plus l’histoire avance plus on s’attache à elle. Je ne vais trop en dire à propos de la demoiselle, il faut vraiment la découvrir par soit même et laisser la magie opérer. Elle n’est pas le genre de personnes à vous courir entre les pattes ou restant plantée devant une porte que vous voulez ouvrir, non, elle est plutôt du genre à vous fournir des munitions ou de la vie en plein combat, à vous crocheter des serrures ou à vous donner de l’argent quand elle en trouve. Un autre aspect du Gameplay apporté par ce personnage est sa capacité à utiliser des failles spatio-temporelles qui vous seront d’une grande aide lors des gunfights, et la possibilité d’enchaîner de façon astucieuse ces failles

Enfin la durée de vie. Là où les trois quarts des FPS actuels vous livre un solo de 3 heures et sauvent la mise avec un multi plus ou moins bien travaillé, Bioshock Infinite vous offre une aventure solo de 15 heures environs, sans compter le multi. De quoi passer le temps nécessaire dans cette aventure et en comprendre le scénario bien écrit mais à la fin pas forcément compréhensible au premier abord car on a du mal à comprendre ce qu’il se passe réellement.

Une réussite haut la main

Pour conclure, Bioshock Infinite est une totale réussite. On pourra lui reprocher un gameplay pas si évolué que ça par rapport au premier, des maps qui aurait méritées d’être légèrement plus grandes, ou encore des armes un peu plus originales, mais bon, là je chipote. L’ambiance globale du jeu, la recherche poussée des personnages, du contexte, du scénario, tout y est. Ken Levine  a réussis à créer un jeu unique, prenant, fascinant, certainement l’un des jeux qui marqueront l’année 2013.

Demon

 

Testeur JV (PC/PS3/WiiU/Xbox One)
Critique Cinéma



10 commentaires


  1.  

    Il serai temps maiden de nous sortir le test et c est vrai que ce jeux est juste enorme




  2.  

    Je ne veux pas vous froisser mais … La fin est justement une excellente chose. Elle peut diviser, mais elle reste tout de même assez limpide. Elle en est même renversante, mais indéniablement bien trouvée.

    Je reviens également sur la vision du Handyman : à part cette charpente métallique, quasi rien ne les relie aux Big Daddy. Ils vont même jusqu’à en vouloir aux mains à notre duo en tan qu’ennemis classiques.

    Enfin, pour le lecteur lambda, rappeler ce qu’est BioShock (1 et presque 2 également), n’est peut-être pas utile pour placer BioShock Infinite puisque la référence à Rapture, aussi subtile soit-elle, est surtout un beau clin d’œil. (Merveilleux même … 🙂 )




  3.  
    skywalski

    Je suis assez en phase avec ton test … des graphismes a tomber, une ambiance parfaitement retranscrite, un gameplay déjà éprouvé et donc sans mauvaise surprise, une histoire cohérente qui nous tient en haleine, c’est vraiment une réussite, j’avais adoré les deux premiers opus et infinite n’a rien à leur envier …
    Ca change véritablement des suites copier coller, la note n’est donc pas usurpée !!!

    Je trouve la durée de vie moyenne, le 15 H00 devient un standard, ca fait peu pour un jeu à 70 euros, moi qui ne suis pas un adepte du multi, ca me fait un peu mal au fondement … Ça relance le débat sur l’occaz mais ce n’est pas le propos du jour …

    En résumé, C’est de la balle !!!!




  4.  

    Merci pour ce test et ces détails car le jeu me fait envie mais je ne peut pas l’acheter 🙂




  5.  
    Demon

    Effectivement dans le test je me suis peut être mal exprimé, c’est certes pas une suite direct de Rapture mais l’idée de base commencée dans le premier opus est là, la citée merveilleuse, des ennemies survoltés, pouvoirs extraordinaires, des enregistrements sonores qui agrémente le scénar.

    En ce qui concerne la fin effectivement elle m’a mis sur le cul, je n’ai pas capté de suite ce qu’il se passait, mais une fois que cela a bien monté au cerveau j’ai poussé un « ah ouai » ^^




  6.  

    Attention SPOIL sur la fin de Bioshock pour ceux qui comme moi on eu du mal avec ça au début.

    http://game-guide.fr/bioshock-infinite-la-fin-du-jeu-spoiler/




  7.  
    Belltam

    Le test me donne envie d’y jouer ^^ Je n’ai jamais jouer au précédent par contre, faut-il y avoir jouer ou non pour commencer celui-là ? Ou même s’il peut être considéré comme une suite, il n’apporte rien de neuf par rapport à l’histoire de base ?




  8.  
    skywalski

    Non ! tu peux y jouer sans avoir touché aux opus précédents.. mais tu loupes quelque chose videoludiquement parlant et vu l’ancienneté des jeux, tu peux les avoir pour pas cher du tout ….




  9.  
    mwa91

    bonjour , j ai adore ce jeu :).
    il était super mais un peu trop rapide a finir je trouve ^^
    je le recommande fortement 🙂




  10.  
    skywalski

    Avec le recul, je trouve le jeu très bon mais il manque une étincelle qui ne me poussera pas à y rejouer … l’histoire est magnifique j’en conviens mais les scènes de combat je les trouve redondantes mis à part les boss … je préfère également l’ambiance pesante de rapture …





Laissez une réponse