Test – Injustice 2 : Les Dieux sont toujours parmi nous !

 

 
Infos Jeu
 

Console: ,
 
Editeur: Warner Bros Studios
 
Développeur: NetherRealm
 
Date de Sortie: 11 Mai 2017
 
Résumé:

Injustice 2 déborde de contenu, et nous propose un gameplay à la fois simple et profond, une histoire intéressante bien que trop courte, et une durée de vie potentiellement illimitée grâce au multivers, aux guildes, et aux modes multi. Une référence, qui comble ses lacunes grâce à l'ensemble des choses qu'il propose.

 
Note de la rédac :
7.5
7.5/10


Note des membres
4 membres ont notés ce jeu.

 

Ce qu'il faut retenir


- Un contenu colossal
- Roster de qualité
- Gameplay efficace

Ce qui ne faut pas retenir


- Mode histoire très bon, mais trop court
- Le contenu payant


1
Posté le29/05/2017 par

 
Article complet
 
 

Le studio à l’origine des derniers Mortal Kombat nous avait gratifié du premier épisode d’Injustice sur la génération de consoles précédente, et voici venir la suite des aventures des super héros et vilains de l’Univers (ou plutôt, des multivers) de DC Comics. Et il y a de la matière !

La patte NetherRealms

Si l’on ne peut pas reprocher quelque chose aux développeurs d’Injustice 2, c’est d’être avare en termes de contenu, comme c’était le cas pour Mortal Kombat 9 et 10, et pour Injustice : Les Dieux sont Parmi Nous. Outre un roster tout à fait honorable avec près d’une trentaine de personnage jouables, les objets de personnalisation, les missions annexes ou encore les modes de jeu disponibles sont légion. Cela dit, on y retrouve les mêmes lacunes, à savoir des personnages jouables uniquement en mettant la main au porte-monnaie, presque payables à la pièce, ou via un season pass.

Mais ce dernier point est l’apanage de beaucoup de jeux de baston actuellement (coucou Street Fighter V) et bien que l’habitude soit aussi pesante que triste, il semble que la formule fonctionne, alors pourquoi arrêter une formule qui fonctionne ?

Parlons contenu, point par point, pour ne pas se perdre dans les tréfonds du jeu, et commençons par le mode histoire. Si la mise en scène est de grande qualité, malgré un lipsync très mauvais pour les doublages français, il faudra compter 4 heures pour le retourner sans trop d’efforts. Il est possible, dans le courant du récit, de choisir votre personnage entre 2 protagonistes, le temps d’un combat. Il est possible de choisir ensuite de faire ce même combat avec l’autre personnage en passant par les chapitres débloqués de l’histoire, passage nécessaire pour finir l’histoire à 100% et profiter des 2 fins possibles.

A coté de cela, on retrouve le classique Versus, pour affronter l’IA ou un ami, mais plus intéressant, le mode Multivers permet de réaliser des missions et enchaîner des combats pour gagner des récompenses (argent, pièces de personnalisation, compétences uniques ou couleurs alternatives) Comme le système de tours dans Mortal Kombat X, les missions varient et changent car elles sont limitées dans le temps. Il s’agit de vaincre plusieurs adversaires, ou un boss, avec ou sans conditions particulières (ne pas sauter, pas de coup spécial) ou avec des obstacles fixés par avance (flammes qui sortent du sol, vie qui diminue, défense élevée de l’adversaire…) Le challenge est varié et parfois très corsé, de quoi étendre considérablement la durée de vie pour obtenir de bonnes pièces de personnalisation, ou encore augmenter le niveau de nos combattants préférés.

Pimp My Hero

Il en est souvent question depuis le début du test : la personnalisation est au cœur du jeu. En effet, il est possible de récupérer des éléments pour équiper vos personnages, ce qui modifie leur apparence, mais aussi leurs stats (force, défense, capacité…) et cela dépend de leur rareté, du commun à l’épique, et aussi du niveau de l’équipement. Pour équiper une pièce niveau 4, il faut que votre personnage soit au moins au même niveau. Ainsi, on se prend à jouer pas mal de personnages afin de les faire monter de niveau, et les customiser à notre convenance. Il est également possible d’adapter le niveau d’une pièce d’équipement au niveau de notre personnage, dans le cas par exemple ou une pièce épique avec de bons bonus puisse être plus efficace, dont le niveau est plus bas que celui de votre personnage. Comme il est également possible de prendre l’apparence d’une pièce d’équipement avec les statistiques d’une autre, par joindre l’utile à l’agréable. Mais ces opérations ont un coût et nécessitent des items déblocables en jeu.

Afin de débloquer les pièces d’équipement, un peu comme pour le gashapon, il faut ouvrir des boites, divisées en 5 catégories (Bronze, argent, or, platine et diamant) On les gagne soit en les achetant avec l’argent gagné en jeu, ou à la suite de combats (en mode histoire, multiverse, ou multijoueur, on y reviendra.) La catégorie influence la quantité de pièces ainsi que leur rareté. Ainsi, une boite bronze permettra d’obtenir 2 pièces communes ou peu communes, alors que la boite diamant débloque jusqu’à 6 pièces, plus entre le rare et l’épique.

Il existe des boites de guilde à débloquer, elles aussi du bronze au diamant, et on les gagne grâce à une guilde, qu’on peut créer ou rejoindre. On peut être jusqu’à 50 au sein de ce groupement de joueurs, pour gagner des trophées de guilde et des boites, et faire grimper votre guilde dans les hautes sphères, cela en accomplissant des objectifs prédéfinis dans le menu de guilde, ou en participant au multivers de guilde, au niveau très… épicé. Un autre challenge de taille, et donc un moyen de gonfler une durée de vie déjà plutôt honorable.

Outre le côté esthétique et les stats, la customisation a un autre intérêt, dans un nouveau mode de jeu dispo entre les modes multijoueurs classiques : la défense.

Taste my might

On éludera les modes multijoueurs habituels, efficaces mais classiques, pour se concentrer sur ce mode assez sympa pour les frileux du multi contre des joueurs « réels » : le mode attaque/défense. Il s’agit de composer une équipe avec vos 3 personnages les plus balèze, pour les placer en défense si un autre joueur vous attaque. Les combats sont simulés, et vous recevez les résultats sur une page dédiée aux résultats, sur laquelle vous pouvez gagner des boites bronze en cas de défaite, et or en cas de victoire.
En position d’attaquant, à vous de choisir contre qui combattre, une liste d’adversaires est disponible afin de choisir soit un petit nouveau et bousiller son équipe de héros niveau 1, ou vous mesurer aux monstres de niveau 20 pour savoir qui de vous à la plus grosse… pièce d’équipement. Là encore, une boite or vous attend en cas de victoire, bronze en cas de défaite, mais surtout l’expérience de vos personnages augmente comme pour un combat classique. C’est une façon de faire grimper les niveaux des personnages en cas de flemme, et assez rapidement car on peut visionner les combats en augmentant la vitesse, 2x ou 4x plus vite que la normale. Il est également possible de se battre contre les équipes des joueurs amis qui ont le jeu, pour après les dénigrer en société (ou se taper la honte)

Quoi d’autre, voyons… l’équilibrage ? Partie incontournable dans un jeu de baston, l’équilibrage général donne le ton quant au travail fourni par les développeurs, pour que chaque personnage ne soit pas trop désavantagé par rapport aux autres. Il est certain que la personnalisation permet de pallier certains soucis d’équilibrage, mais de base, il n’y a pas trop de disparités. Bien sur, on retrouve quelques personnages plus avantagés que d’autres, Catwoman par exemple, qui a de bons combos, fait assez mal et est très rapide, ou Darkseid qui compense sa lenteur par des coups de mammouth et la possibilité de se téléporter. Mais ces données sont vite obsolètes, comme de simples mises à jour peuvent changer cela assez vite.

Niveau gameplay, la prise en main est aisée, et un didacticiel au début du jeu permet de vite prendre la main, surtout que les possibilités sont vastes, avec les annulations de coups, les super attaques, les coups spéciaux boostés qui utilisent une barre de spécial… Pour parfaire nos techniques, le mode entraînement est toujours présent, et la liste de coups permet de faire ses armes avec chaque personnage. Et enfin, graphiquement, c’est très agréable. Notez que le jeu prend en charge la 4K, ce qui donne un rendu plus fin au niveau des couleurs et du rendu en général. Mais même sans cela, le framerate est stable, le jeu est très fluide et que ce soit le décor ou les personnages, tout est cohérent et bien rendu. Les doublages français sont assez variables en termes de qualité (pourquoi Green Lantern a une voix de Rambo ?) Mention spéciale au doublage de Batman, le même que celui des Arkham, et ça fait plaisir. Les musiques sont assez discrètes mais soulignent bien l’action, le thème reste en tête cela dit !

Injustice 2 déborde de contenu, et nous propose un gameplay à la fois simple et profond, une histoire intéressante bien que trop courte, et une durée de vie potentiellement illimitée grâce au multivers, aux guildes, et aux modes multi. Une référence, qui comble ses lacunes grâce à l’ensemble des choses qu’il propose.


DBKamper

 
Testeur JV (PC/360) Spécialiste rétro



    Laissez une réponse