5
Posté le 25/09/2012 par Maiden dans Jeux Vidéo
 
 

Test – Torchlight II

Torchlight II est un hack and slash dans la veine de Diablo. Pour les amateurs du genre il s’agit d’une véritable alternative pour celles et ceux qui souhaiteraient prolonger l’expérience de ce genre de jeu encore sous développer à notre époque. Torchlight II a-t-il les moyens techniques de se hisser sur les sommets du genre, ou au contraire reste-t-il trop en arrière ? Fait-on dans l’originalité ou dans le déjà vu ? Peut-on acheter le titre les yeux fermés ?

Un graphisme différent pour une interface qui a un gout de déjà-vu.

Torchlight II c’est un peu un Diablo-like, un jeu comme Diablo si vous préférez. Que ce soit diablo, Mario kart, ou tout ce que vous voulez, j’adore les jeux dont la dénomination prend un « like ». En effet en règle générale, cela introduit facilement une première partie comparative. Mais ici il s’agit de faire le test d’un jeu et non une comparaison entre deux jeux. Il ne me sera donc pas permis d’aborder l’ensemble des points.

Il me faut donc me focaliser sur quelques points précis en l’occurrence vous l’aurez compris au vu du titre ici, le graphisme et l’interface de jeu. Commençons par le premier point : le graphisme. Si au sein de Diablo on peut constater un graphisme somme tout classique (même si je n’aime pas ce mot), au sein de torchlight II on se retrouve dans un univers plus dessiné encore, avec des graphismes assez vifs qui vont venir appuyer un décor parfois sombres mais moins oppressifs que peuvent l’être les décors de diablo. Malgré que le style graphique soit travaillé, on note tout de même une certaine répétition notamment dans les donjons ou certes on entre au sein d’un univers donc d’un style, mais on peut avoir l’impression de retomber au même endroit tellement cela manque de punch et de changement au fur et à mesure de la progression. Les effets sont néanmoins travaillés, et on apprécie les mises en situations, ainsi que les différentes attaquent. La moindre action offensive ou défensive étant traitée avec sérieux.

En ce qui concerne l’interface du jeu le titre se présente de deux manières : Affichés à l’écran des boules de Vies et de mana (rouge et bleu) vous permettront de voir concrètement ou est-ce que vous en êtes. Au centre la barre de raccourcis ou il vous sera possible d’insérer sorts et potions en tous genre. L’interface de votre personnage ainsi que de votre inventaire sont également ultra classiques, ce qui peut décevoir le joueur. La présence d’un animal de compagnie, ainsi que d’un inventaire qui lui est attribué permet au joueur de pousser plus loin les séances de récoltes d’objets.

Notons que la carte peut être mise soit au centre légèrement effacée mais également en haut à droite. Là encore un procédé qui peut rappeler quelques souvenirs à certains.

I turn around.

Si la durée de vie de ce torchlight II n’est pas à pointer du doigt (déjà correcte à la base, s’ajoute plusieurs classes et la possibilité de jouer en ligne), on peut y trouver assez rapidement une certaine répétition. Des missions un peu brouillon, des quêtes semblables, et des univers qui se touchent, le joueur sera que dépaysé d’un monde à l’autre que ce soit en dehors des donjons, ou dans les donjons eux-mêmes. L’expérience de jeu reste relativement la même au fur et à mesure des niveaux et plusieurs d’entre vous risquent de lâcher le jeu avant la fin.

Néanmoins pour les plus fans d’entre vous il sera possible comme dans tous les jeux, d’y passer quelques bonnes heures. Encore une fois, le titre se dote d’un véritable potentiel, et malgré quelques défauts qui peuvent passer pour gênant, le jeu se veut jouable. Même s’il on pouvait s’attendre à mieux d’un point de vue technique, la maitrise, ainsi qu’une possible immersion peuvent être autant d’argument positifs afin de faire le jeu.

A recommander donc malgré certaines réserves.

Test rédigé par Oroine pour Le Blog de Maiden

 


Maiden

 

Rédacteur en Chef
Testeur JV