Critique – Star Wars VIII: Les Derniers Jedi

 

 
Infos Jeu
 

Réalisateur: Rian Johnson
 
Acteur: Daisy Ridley, John Boyega, Adam Driver, Mark Hamill, Carrie Fisher
 
Date de sortie: 13 Décembre 2017
 
Durée: 2h32
 
Avis général
 
 
 
 
 
5/5


Note des membres
21 membres ont notés ce jeu.

 


0
Posté le18/12/2017 par

 
Article complet
 
 

Synospis

Dans Star Wars : Les Derniers Jedi de Lucasfilm, la saga Skywalker continue alors même que les héros du Réveil de la Force rejoignent leslégendes galactiques dans une aventure épique qui dévoilera les vieux mystères de la Force ainsi que des révélations choc sur le passé.

Mon avis

Tout d’abord je tiens à préciser que cette rédaction a été effectué par mon amis et collègue du blog DBKamper, et lorsque j’ai lu son écrit je me suis tout de suite senti en phase avec ce qu’il avait décrit par rapport au film. C’est donc avec sa permission que je me suis permis de vous présentez son travail pour cette critique.

Déjà sur la forme : si la première moitié du film était assez classique, avec un tour de force technique au moment des premières batailles spatiales qui nous en donne plein la vue et nous amène directement au coeur du sujet; la seconde moitié. Mais la suite continue d’étonner, avec des plans impeccables, des images de synthèses de très bonne facture, et des scènes de combat aux chorégraphies dynamiques, mettant bien en avant le style de chaque protagoniste. La mise en scène est au service du discours, comme soutien, et l’image suffit parfois même à supplanter le dialogue. C’est déjà un gage de qualité, que d’avoir une histoire racontée aussi par les images, et pas juste des phases d’action entrecoupées de dialogues et de plans en images de synthèse (petit clin d’œil à la prélogie). Sur le fond, j’ai été heureux de voir que les gentils ne le sont pas tant que ça, et que les antagonistes ont une place bien différente que celle du vilain despote. Les gens qui critique selon quoi le film est édulcoré et transpire le Disney n’ont à priori pas vu le même que moi.


Il règne une atmosphère sombre dans presque la totalité de ce Star Wars, que ce soit dans l’image, ou les situations. Poe est à deux reprises à l’origine de la perte de ses camarades, dues à ses coups de sang, ou son excès de confiance. Le vrai méchant du film c’est Poe en fait. Finn garde sa dimension d’aventurier, mais fonce sans trop réfléchir, et c’est Rose qui joue les garde-fous en le sauvant notamment, elle paraît plus leader que la légende de la résistance. Le trio Luke/Rey/Ben est au cœur de l’intrigue, Luke, dernier maître Jedi, est tourmenté, entre son passé, ses doutes et ses échecs représentés par Ben, et l’espoir, l’avenir et le renouveau via Rey. 

Et tout cela est nuancé : Ben a en lui une étincelle positive, et ses motivations ne sont que le reflet de sa volonté d’en finir avec tout ce qui a causé du tort à beaucoup de gens. Rey garde ses convictions, et par ses actes semble être la digne représentante de la lumière. Pourtant, son passé l’accable, ses doutes l’envahissent, et elle tombe dans le côté sombre pour espérer trouver des réponses. Ces demi-teintes texturent les personnages, leur donne une profondeur agréable, et on en sait plus sur leur origine sans pour autant les affubler d’un passé lourdingue et/ou débile.

Spoiler – Star Wars VIII: Les Derniers Jedi

On sent également un détachement voulu de l’ancienne trilogie, avec Han décédé, Chewbacca qui est là comme chauffeur/second rôle pour les enfants avec les porgs, Luke qui part rejoindre la force, Leia qui est en bout de course et qui partira au début du Star Wars IX. Tout pointe vers une remise à zéro, ou un changement dans l’univers tel qu’on le connait, et ça ne peut être que rafraîchissant, et source de surprises, loin du fanservice facile dont regorge nombre de sagas. Autre point vraiment sympathique et qui en a bluffé plus d’un, l’apparition de Yoda en mode spectrale qui vient, en sa qualité de grand maître Jedi, conseiller Luke dans un moment difficile. Un énorme clin d’œil d’autant plus que malgré les rumeurs bancales, rien ne laissait présumé une apparition.

[collapse]


Autre bon point : la part belle faite à la gente féminine. Là ou les hommes agissent impulsivement, font les ados rageux, sont rongés par leurs échecs ou sont dans le doute, les femmes prennent les décisions, se sacrifient, sont sages et déterminées, loin des faire-valoir ou des greluches qui chouinent. C’est en quelque sorte l’apanage de Star Wars, avec ses figures féminines fortes, mais ici, ce sentiment est démultiplié avec des héroïnes toutes différentes, impliquées, en première ligne. Voilà une écriture moderne, où chacun à une place, où le bien ou le mal sont nuancés, où les héros font des erreurs, où l’on a de l’empathie pour Kylo Ren malgré ses actes extrêmes, des doutes sur les actions des résistants, et tout cela donne à cet épisode un ton tout à fait juste.

 

Conclusion

En ayant visionné ce Star Wars épisode VIII j’en arrive à la conclusion que Rian Johnson est vraiment un génie car il a su réaliser un épisode extraordinaire en sachant se démarquer petit à petit de la saga original et en y apportant de nouvelles touches. Le film surprends tout au long de son évolution et on prends la mesure du travail accompli quand on voit comment les choses s’emboîtent petit à petit.

Certes cet épisode divisera un grand nombre de spectateurs et quand j’entends autour de moi des gens qui ne sont pas satisfaits j’aurais juste à leur dire que si Disney n’avait pas été là pour continuer l’oeuvre de papa George nous n’aurions pas eu deux films exceptionnel que sont Rogue One et SW8. Quand j’ai sur que Rian Johnson allait être le réalisateur de la futur trilogie Star Wars hors des Skywalker je ne me suis pas prononcé de suite; désormais je suis enthousiaste à l’idée qu’il le fasse.

 

 


Demon

 
Testeur JV (PC/PS3/WiiU/Xbox One) Critique Cinéma


0 commentaire



Donne ton avis en premier !


Laissez une réponse