3
Posté le 17/10/2012 par Maiden dans Ciné
 
 

[Critique] Resident Evil : Retribution 3D

Synopsis : Le terrifiant virus mis au point par Umbrella Corporation continue à faire des ravages partout sur Terre, transformant les populations en légions de morts-vivants affamés de chair humaine. Alice, l’ultime espoir de notre espèce, s’éveille au cœur du plus secret des complexes industriels d’Umbrella. Au gré de son exploration à haut risque et de ses découvertes, les zones d’ombre de sa vie s’éclairent… Plus que jamais, Alice continue à traquer les responsables de l’atroce infection. De Tokyo à New York, de Washington à Moscou, elle les pourchasse jusqu’à la révélation explosive qui va remettre en cause toutes ses certitudes. Avec l’aide de nouveaux alliés et d’anciens amis, Alice va devoir se battre pour survivre dans un monde hostile, au bord du néant. Le compte à rebours a commencé…

Personnellement, je n’attendais pas grand-chose de ce nouveau Resident Evil au cinéma. Après avoir été plutôt déçu des derniers épisodes,  je dois avouer que j’appréhendais un peu de le voir. Donc en somme,  Milla Jovovich reprend donc « encore » et « encore » son rôle d’Alice, des retours plutôt inattendus, de nouveaux personnages de la licence Resident Evil sont intégrés. Est-il aussi mauvais que les précédents opus ?

A ma grande surprise, en ressortant du cinéma, je dirais que non. Il n’est pas aussi bon que le premier (qui est pour moi le meilleur) mais toujours nettement mieux que le dernier Resident Evil. Mêlant actions explosives, effets spéciaux plutôt impressionnants, et des cascades plutôt pas mal, Resident Evil Retribution s’avère être une bonne surprise. Un scénario plutôt original que les autres même si garde une trame assez banale.

Même son pire ennemi peut devenir pour un court moment un ami. 

On retrouve donc Alice, seule,  se réveillant dans un complexe (comme dans Resident Evil 2) face à son ennemi du moment Jill Valentine (ancienne amie et partenaire dans le film Resident Evil 2). Elle croisera la route de beaucoup de personnages connus dans les films, certains faisant leurs retours dont Carlos Oliveira, Rain Ocampo, One, ou encore Luther West. Out Chris et Claire Redfield et bienvenue à Leon Scott Kennedy, Ada Wong et Barry Burton, pour le plus grand plaisir des fans de la série RE. Cependant, le retour de One et Carlos Oliveira sont pour moi un petit fiasco, ils passent trop inaperçus à mon goût. Rain Ocampo (Michelle Rodriguez) est un peu plus sous les projecteur même si on ne l’attendait pas dans ce rôle (je ne spoile pas).

Parlons plutôt des petits nouveaux, Leon, Ada Wong et Barry. Avant, que le film sorte j’avais vu une photo de Leon et je m’étais dit « Euh ils sont sérieux ? » Et en fait, je me suis bien trompé, l’acteur Johann Urb est très convaincant dans son rôle, tout comme Barry joué par l’acteur Kevin Durand déjà vu dans X Men : Wolverine, joue plutôt bien le baraqué et infatigable Barry Burton même si je l’aurais vu un peu plus gros et vieux (bien présent avec son fameux pistolet). Ada Wong quant à elle, elle est plutôt furtive dans le film, une apparition remarquée mais son absence par la suite est aussi remarquée.  Dommage… Quant à Jill Valentine, c’est plutôt un changement radical de comportement par rapport à son passage dans le deuxième épisode, mais son rôle de « méchante » est bien joué (cf le jeu Resident Evil 5), les fans qui souhaitaient la revoir seront heureux. Bon nombre d’entre vous ont pu remarquer que Shawn Roberts est dans le film, et bien oui. En effet, Albert Wesker comme à son habitude ne meurt pas aussi facilement et il fait lui aussi quelques apparitions. En clair, le film est essentiellement centré sur Alice, Leon, Luther et Jill Valentine.

Au niveau du bestiaire, on est plutôt servi ! Des lickers, des majinis executionner, des zombies normaux et des zombies mutants, certains zombies sont à la mode Resident Evil 6 (avec des armes et plutôt intelligent mais c’est expliqué le pourquoi donc pas de panique).

Une 3D beaucoup plus adaptée

Tout d’abord, une chose m’a marqué dans le film, c’est son intro. J’ai trouvé l’intro superbe et magnifique, et au niveau de la 3D c’était vraiment pas mal. Même si tout au long du film la 3D ce n’est pas le must, j’ai trouvé au moins plusieurs passages avec quelques petits effets bien sympas en 3D. Probablement, le meilleur film que j’ai vu en 3D au cinéma. En terme d’image, Paul W.Anderson nous fait voyager en passant par New York, Tokyo, la Russie, etc même si on n’a pas forcément des paysages super vaste, les quelques plans sont bien sympa à regarder. Niveau bande-sonore c’était l’un des points forts des précédent Resident Evil, celui ne change pas, les bandes-son sont toujours aussi bonnes.

En clair, Resident Evil Retribution est une petite surprise (pas non plus la révélation), mais après les déceptions de Afterlife et de la mauvaise gestion de la licence Resident Evil on ne pouvait plus s’attendre à un super film. Même si on est à des années-lumière de la licence du jeu vidéo, ce 5ème opus a le mérite d’être plus intriguant et plus intéressant que son prédécesseur. Evidemment  ce n’est pas un film où il est nécessaire de faire marcher son cerveau. Il suffit de regarder les combats et d’admirer les tenues moulantes d’Alice et de Jill.


Maiden

 
Rédacteur en Chef Testeur JV