3
Posté le 07/08/2013 par Demon dans Ciné
 
 

Critique Ciné – Monstres Academy

monstreacademy

Depuis quelques temps, nombreux sont les détracteurs des studios Pixar qui attendent le moindre faux pas de leur part. En 2010 nous avion eu le droit à un superbe Toy Story 3, en 2011 à un moyen Cars 2, et enfin l’année dernière au très bon Rebelle. Les fans des film Disney/Pixar attendaient avec impatience la suite de Monstres et Cie.

La pression était donc bel et bien au rendez-vous pour les producteurs. Après quelques teasers, nous apprenions à tort que le film montrerait Bob sous le joug de Sulli avec, notamment, quelques faux extraits que l’on ne retrouve pas dans la version définitive et qui laissaient à désirer sur ce 14ème film de la firme, racheté par le groupe Disney : Pixar. Alors que peut donc bien valoir ce film d’animation ? C’est après 12 ans d’attente que nous retrouvons nos deux héros Bob et Sully aux débuts de leur carrière de monstre.

Un remodelage façon Pixar

maxresdefaultLà où le film Rebelle représentait un sommet en matière de graphismes, l’esthétique de Monstres Academy se trouve toute aussi réussie mais dans un genre légèrement différent : du réalisme superbe, des décors où se mélangent l’explosif carnaval de couleurs vives et la touche Disney, tout en respectant les formes du premier opus. Les deux films sont unis par les deux protagonistes que sont Bob et Sully, et c’est vers un monde inédit que nous envoie le réalisateur Dan Scanlon, fraîchement débarqué au sein de la famille Pixar.

Les deux films ont en effet une identité visuelle et narrative nettement différente, qui renvoie vers ce que Pixar sait faire de mieux, c’est à dire créer du neuf avec du vieux. Cette même qualité qui avait valu au dernier Toy Story de remporter l’Oscar du meilleur film d’animation en 2011.

monstres_academy_image_1588Les situations de Monstres Academy sont totalement inédites, pour notre plus grand plaisir. On sent un certain effort d’inventivité au niveau humoristique, qui est tout aussi présent que l’aspect émouvant. Quand nos deux héros sont amenés à intégrer une bonne grosse bande de losers, les drôles de figures qui la constituent rappellent cette hiérarchie étudiante de la loi du plus fort , du caïd vers la tête d’ampoule impopulaire.
Le coup du gros dur laissant une chance à ceux qu’il boycottait permet tout de même de livrer une chronique de fac vraiment plaisante, qui apparaît bien plus vaste encore que ne l’était Monstres & Cie en son temps. En effet, cet univers coloré parait plus riche, plus ambitieux du fait qu’il ne reste pas confiné dans le seul espace de la « Monsters Inc. ».

Du film précédent, Monstres Academy ne conserve finalement presque rien si ce n’est la scène du début de Monstres & Cie. Seul le suspense est assez similaire, avec les jeux de la peur et ce talent que possède Pixar pour déjouer nos attentes, malgré de nombreuses scènes inévitablement prévisibles.

Un très bon Disney/Pixar comme on les aime

À l’instar de Toy Story 3, sorti 12 ans après le second, nous remarquons et profitons de cette nette progression technologique en matière d’animation, avec un rendu encore plus beau que ce à quoi Pixar nous habituait déjà par le passé. Tout est beau, tout est propre, et la singularité de certains monstres continue de faire rire encore et encore.

Bref, pour conclure Monstres Academy est réellement un très bon moment de détente et une pure partie de plaisir surtout pour celui continuant de n’attendre de Pixar « que » des divertissements de haute volée, riches en émotions, aussi bien intéressants pour les petits que pour les adultes. Le studio continue de nous proposer des sous-entendus grossiers souvent hilarants. Un très bon moment passé en compagnie de deux des vieilles mascottes du studio, qui nous avaient manqué.


Demon

 
Testeur JV (PC/PS3/WiiU/Xbox One) Critique Cinéma